Baie d’Hudson

Géolocalisation sur la carte : Canada

La baie d’Hudson (prononciation en français de France&nbsp 90s football jerseys;: [bɛ d‿ydsɔn], en français québécois : [be d͡z‿ʏdsõ]) est une baie située au Canada. Il s’agit d’une des plus grandes baies au monde (sa superficie est de 822 324 km2), elle est entourée par les provinces du Québec best belts, de l’Ontario, du Manitoba et par le territoire du Nunavut. L’Organisation hydrographique internationale la considère comme une partie de l’océan Arctique.

Cette baie porte le nom de l’explorateur anglais Henry Hudson qui, en 1610, y fut pris dans les glaces avec son bateau. Médard Chouart des Groseilliers et Pierre-Esprit Radisson ont déclaré être allés à la baie d’Hudson par voie terrestre en 1659, mais les historiens doutent fortement de ce fait, leurs voyages chez les Algonquins ou Anishnabés du lac Supérieur leur ayant donné des informations au sujet de cette grande étendue d’eau salée qu’ils appellent mer du Nord ou grande Baie du Nord. En 1668, à la tête de la première expédition de la toute nouvelle Compagnie de la Baie d’Hudson qu’ils avaient aidé à fonder, ils y entrèrent finalement.

La baie d’Hudson est ensuite historiquement indissociable de la lutte franco-anglaise pour l’Amérique du Nord aux XVIIe et XVIIIe siècles. En effet, elle donnait accès aux vastes territoires de traite des fourrures dont chaque pays voulait obtenir l’exclusivité. Les Français, établis dans la vallée du Saint-Laurent (Nouvelle-France), envoyèrent plusieurs expéditions pour déloger les postes de traite que les Anglais y avaient érigés sous l’égide de la Compagnie de la Baie d’Hudson. En 1697, le capitaine Pierre Le Moyne d’Iberville défera ainsi trois navires de la Royal Navy dans la bataille de la Baie d’Hudson, la plus importante bataille navale de l’Arctique nord-américain et capturera le Quartier Général anglais de York Factory what is a natural meat tenderizer.

Les Anglais firent de même avec les postes français. Le tout ne fut réglé qu’après la confirmation de la propriété de ce territoire à la Grande-Bretagne en 1713 par les Traités d’Utrecht.

L’Organisation Hydrographique Internationale définit les limites de la baie d’Hudson de la façon suivante:

La baie d’Hudson mesure environ 960 km de large et 1 390 km du nord au sud mais son bassin est peu profond : sa profondeur moyenne est de 125 m, mais elle est inférieure à 80 m jusqu’à 100 km de la côte. Le fond est généralement peu accidenté avec seulement quelques dépressions et des bancs peu profonds. La raison en est qu’elle a été formée lors de la dernière glaciation par rabotage du bouclier canadien précambrien par les glaciers.

En observant bien la forme de la baie, on peut remarquer que la partie sud-est de la baie d’Hudson est constituée d’un demi-cercle dont le centre est situé au nord des îles Belcher. Bien qu’aucune preuve ne l’était, une hypothèse avancée est que cette forme, nommée Nastapoka, indiquerait la présence de l’un des plus grands cratères d’impact météoritiques du monde avec un diamètre de 456 km et âgé d’environ 2 milliards d’années. Parmi les principaux caps créés par cette formation, on retrouve la pointe Louis-XIV, le cap Dufferin et le cap Henrietta Maria meat tenderising marinade.

L’afflux des eaux des îles arctiques au nord de la baie et des eaux douces provenant de nombreux fleuves dont le Churchill et le Nelson, maintient dans la baie un niveau plus élevé que le niveau moyen des mers. Ses eaux se déversent donc vers l’océan Atlantique par l’étroit détroit d’Hudson. En raison de ce resserrement et de la grandeur exceptionnelle de la baie, la masse d’eau peut en faire plusieurs fois le tour avant de sortir.

L’englacement débute en octobre et persiste jusqu’en juin bien que des ouvertures se forment dans la glace, même au plus froid de l’hiver, sous l’action du vent. Le contraste entre ces eaux exposées à l’air libre dont la température est d’environ −2 °C et l’air ambiant beaucoup plus froid génère en aval des ouvertures, des chutes de neige importantes mais très localisées.

Après la fonte des glaces, un trafic maritime limité s’installe. En plus des kayaks inuits, des canots amérindiens, des hors-bords et caboteurs en tous genres, des navires de la Garde côtière canadienne ouvrent des chenaux dans la glace et ravitaillent les villages côtiers. Quelques navires de haute mer font également escale à Churchill (Manitoba) pour le transport du blé venant des Prairies.

La baie est située près du centre d’une anomalie gravimétrique, qui a été cartographiée en détail par la mission GRACE.

Le , on annonce qu’un étudiant au doctorat en géologie de l’Université McGill de Montréal, Jonathan O’Neil, a trouvé les roches les plus anciennes au monde sur la côte est de la baie d’Hudson, à 40 kilomètres au sud de Inukjuak, sur la péninsule d’Ungava. Vieilles de 4,3 milliards d’années, elles battent de 300 millions d’années leurs plus proches concurrentes, des roches trouvées près du Grand Lac des Esclaves dans les Territoires du nord-ouest, au Canada. Les résultats des analyses par cet étudiant du contenu en néodyme-142 furent publiés dans la revue Science.

Les terres riveraines de la baie couvrent 324 000 km2; elles sont relativement plates et couvertes de marécages acides. La baie d’Hudson se situe en général au nord de la limite des arbres. La végétation dans le sud est de type muskeg (fondrière de mousse), un mélange de tourbe et de lichens avec quelques arbres ici et là (saules nains). Les Amérindiens Cris la nomment d’ailleurs Wiinipekw, « Eau vaseuse », le même nom que pour le lac Winnipeg. En allant vers le nord de la baie on rencontre la toundra et le pergélisol car la température y est la majeure partie de l’année bien en dessous du point de congélation de l’eau.

Les plaines hudsonniennes, aussi appelées taïga du Sud de la Baie d’Hudson sont constituées de trois sous-écorégions :

Les deux premières sont situées au Manitoba et en Ontario. La troisième est située au Manitoba, en Ontario et au Québec. Ces plaines s’étendent le long du littoral entre Churchill au Manitoba et Fort Rupert au Québec sur une distance approximative de 1 300 km et entrent dans les terres sur une distance approximative de 200 à 300 km et suivant un contour inégal, allant jusqu’à Gillam (Manitoba) et près de Kapuskasing en Ontario.

La baie d’Hudson et l’histoire de la Compagnie de la baie d’Hudson sont décrites dans un roman de Jules Verne, Le Pays des fourrures, paru en 1873.

Valentina Serova

Valentina Serova (Russian: Валенти́на Васи́льевна Серо́ва) (December 23, 1917 – December 12, 1975) was a Soviet film and theatre actress of Ukrainian origin. Honored Artist of the RSFSR (1946). Winner of the Stalin Prize of the second degree (1947).

Serova was born Valentina Polovikova (Валентина Половикова) in 1917 in Kharkiv. In 1938, she married her first husband, Anatoli Serov, a Soviet Air Force general, a test and fighter pilot. In 1939 Anatoli Serov died in a crash testing a new plane. In the same year, her film A Girl with a Temper had a huge success and she became one of the biggest film stars of the Soviet Union.

In 1940 she met Konstantin Simonov, a famous Soviet author, whom she married in 1943. Simonov’s poem “Wait For Me”, one of the most famous Russian war poems, is dedicated to her. She subsequently inspired a series of love poems, collected as “With You and Without You” (“С тобой и без тебя”). Their relationship was a troubled one. During the war it was widely rumored that Serova was a mistress of Gen. K.K. Rokossovski. While it’s true that Serova, working as a hospital volunteer, met Rokossovski several times while he was recovering from a wound from a shell fragment in early 1942 water bottle insulators, there is no evidence that they were lovers. Rokossovski already had a mistress at this time, Dr. Lt. Galina Talanova, with whom he had a daughter in 1945.

Her career declined after the 1940s. Simonov left her in 1957 best belts. She became an alcoholic and died in Moscow in 1975.